Edito d'Homez, Magazine FO Métaux

Journal FO-Métaux de DECEMBRE 2013 : Elections professionnelles : rendez-vous avec le succès

L’édito de Frédéric Homez

Pour un impôt juste et équitable

Dans un contexte et une actualité difficiles, avec notamment le mécontentement sur le plan fiscal, le Premier ministre a décidé de recevoir les partenaires sociaux pour une remise à plat de la fiscalité. Il souhaite faire une réforme fiscale. Reste à espérer que celle-ci n’ira pas dans le sens de celle votée le 26 novembre sur les retraites en faisant une nouvelle fois supporter les efforts par les salariés, les jeunes, les retraités et les chômeurs.

Le Premier ministre a démarré ses consultations le 25 novembre et FO a été la première organisation syndicale à être reçue. Pour nous, l’ouverture du chantier fiscal est une bonne chose, d’ailleurs nous le revendiquons depuis plusieurs années. En effet, il n’est pas besoin d’attendre que les mécontentements se manifestent pour comprendre que notre système fiscal doit changer pour une meilleure cohésion sociale et davantage de justice entre les citoyens de notre pays. C’est aussi vrai sur le plan européen : on nous rabâche sans cesse que la France n’est pas « compétitive », qu’il y a des pays aux coûts moins élevés et que les Allemands ont un meilleur coût horaire, alors que la fiscalité n’est pas la même entre les différents pays de l’Europe. Là aussi règne une certaine iniquité.

Nous avons toujours contesté le transfert de l’impôt sur la fiscalité indirecte qui conduit à faire peser l’essentiel de l’effort sur les ménages et les salariés. Nous souhaitons recentrer le système fiscal sur l’imposition directe, à savoir l’impôt sur le revenu et sur les sociétés. En effet, pour nous, l’impôt sur le revenu doit être l’une des colonnes vertébrales de la fiscalité, qui doit être plus progressive en comportant plus de cinq tranches pour tenir véritablement compte de la situation personnelle et sociale de chaque citoyen.

Pour un pays comme le nôtre, l’impôt est nécessaire, et ce quels que soient les revenus. Tout le monde devrait le payer, même si c’est un euro symbolique, car l’impôt doit servir avant tout à faire fonctionner correctement le service public au service des citoyens. Sans pompier, sans soignant, sans enseignant, sans police, sans agent de l’Équipement, que serait aujourd’hui le service public ? Prenons l’exemple d’un service public sans agent de l’Équipement : qu’en serait-il de l’entretien des réseaux routiers s’il n’y avait pas de financement, qui plus est, avec la période hivernale qui commence plus tôt ? Et au-delà du personnel des services publics, il faut également du matériel d’équipement et des matériaux qui font parfois défaut pour des raisons budgétaires. Alors, imaginons un service public sans impôt : qui paierait ?

Le véritable problème du « ras-le-bol fiscal », c’est l’austérité et les réformes menées par les différents gouvernements, qui font de plus en plus porter les efforts fiscaux sur les salariés et les retraités, diminuant de fait leur pouvoir d’achat. Les entreprises sont également concernées mais pas traitées de la même façon entre petites, moyennes et grosses ; l’injustice fiscale existe donc aussi à ce niveau. Par contre, il faut que le gouvernement s’attaque aux niches fiscales qui profitent à certaines entreprises et n’apportent rien en termes d’emploi ou de création d’emplois pour les jeunes et moins jeunes.

Il est grand temps de réorienter l’impôt d’une manière plus juste et équitable. Les revenus ne sont pas les mêmes pour tout le monde, mais les prix à la consommation, oui ! Alors, à partir de ce principe, quoi de plus juste que de réorienter la fiscalité et de faire en sorte qu’elle serve l’intérêt général et collectif de notre pays tout en boostant la consommation des ménages !

LE JOURNAL >>> Télécharger

elections - PCA - Fagor - Federal mogul - proma

Mots-clefs :, , ,

A propos de Force Ouvrière Saint Gobain PAM

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus